Candidater à la CEC

90 entreprises ont déjà été sélectionnées et il reste à la CEC deux vagues de 30 dirigeantes et dirigeants à annoncer d’ici mi-juillet. Candidater maintenant, c’est se mettre en avant pour être l’entreprise qui représentera son secteur. C’est également s’offrir la chance de co-construire a feuille de route 2030 aux côtés des dirigeants d’entreprises aussi emblématiques et diverses que Renault Trucks, Bouygues Immobilier, Caterpillar, Rossignol, Nature & Découvertes, ARaymond, BearingPoint, la brasserie Pietra…

Pour une entreprise française, nous recrutons le profil de Directeur Général, Président, P-DG ou a minima, personne présente au comité de direction de son entreprise. Pourquoi ? Car nous souhaitons que chaque entreprise soit représentée à la CEC par une personne disposant d’un réel pouvoir de décision et d’action : c’est selon nous la première pièce d’un “effet domino” capable d’entraîner l’entreprise entière dans sa transformation. Pour les entreprises internationales, nous recrutons le profil de DG France ou assimilé. Par exemple, BearingPoint est représentée par Axelle Paquer, sa présidente France et Caterpillar par Raphaël Zaccardi, P-DG de Caterpillar France.

Le point de départ est une série de critères objectifs : nous nous sommes fixés des quotas issus des statistiques INSEE par secteur (que nous avons classés en macro-catégories de type “Se loger”, “Se nourrir”), par taille (TPE, PME, ETI, GE) et par zone d’implantation géographique. Nous avons ensuite comme objectif de ne pas suivre les statistiques INSEE sur le ratio hommes vs. femmes dans les postes de direction générale en visant de recruter un minimum de 40% de femmes. Finalement, deux critères subjectifs interviennent dans la décision finale de l’équipe Recrutement. Premièrement, la sincérité que nous percevons dans la candidature de la dirigeante / du dirigeant – dit simplement, nous fuyons le greenwashing. Deuxièmement, la capacité d’entraînement de son secteur, de sa filière, de ses réseaux professionnels que nous ressentons : la CEC ne sera un vrai succès que si elle embarque, beaucoup plus largement que les 150 participants, le monde économique dans son ensemble. Les 150 participants seront les premiers artisans de ce rayonnement.

La CEC recrute la plus large et complémentaire diversité possible d’entreprises. L’objectif est de prouver qu’en faisant fonctionner l’intelligence collective inter-secteurs, des solutions radicales, ambitieuses, désirables et réalistes peuvent émerger. Comme la Convention Citoyenne, ne vont participer que les dirigeantes et dirigeants qui y sont disposés. En gros, la représentativité ne sera jamais statistiquement parfaite et nous n’ambitionnons pas d’évangéliser des dirigeants d’entreprise climato-sceptiques. Nous accueillons néanmoins à bras ouverts ceux qui voudraient s’engager en sincérité dans l’aventure.