Aller au contenu

AIDER LES COLLABORATEURS À CHOISIR ENTRE PRÉSENTIEL ET DISTANCIEL : STAY OR GO, UN OUTIL D’AIDE À LA DÉCISION QUI COMBINE LES CRITÈRES ENVIRONNEMENTAUX, SOCIAUX ET ÉCONOMIQUES

Se déplacer pour son travail a un coût environnemental, qui peut être optimisé, c’est la mission que s’est donnée the Treep, éditeur de logiciel spécialisé dans le voyage d’affaires et l’assistance et acteur du business travel responsable. Mais un déplacement professionnel peut aussi être une opportunité de consolidation des liens au sein d’une entreprise ou avec un client, ou bien une opportunité de nouveau business. Stay or Go aide les entreprises et leurs collaborateurs à déterminer l’essentialité d’un voyage d‘affaires, en prenant en compte des critères environnementaux, sociaux et économiques.
Stay or Go

Les projets coopératifs CEC, qu’est-ce que c’est ?

Au démarrage de la CEC, lors du premier parcours en 2021/22, l’accent a été mis sur l’élaboration des feuilles de route individuelles. Puis l’idée de développer des projets coopératifs, en complément de ces feuilles de routes, a rapidement émergé.

Selon Céline Crosnier, initiatrice du projet à l’époque avec Armelle du Peloux : “L’intention première des projets coopératifs était de faire expérimenter la concertation et la coopération aux participants et de faire émerger des projets au service du bien commun. Cette expérience permet d’appréhender la bonne posture pour créer des écosystèmes de coopération, mettre en place des nouvelles formes d’organisation, remettre son business model dans le cadre des besoins humains fondamentaux, et étendre sa proposition de valeur aux champs humain et environnemental.”

Après des débuts quelques peu chaotiques 😅, les groupes de travail se sont finalement constitués de manière spontanée, suivant les affinités, les savoir-faire, et les enjeux de chacun, avec un objectif partagé : identifier en équipe une problématique à résoudre, définir une solution commune qui soit à la fois “à impact” et réaliste.

L’organisation des groupes de travail autour des besoins humains fondamentaux est inspirée des groupes de travail de la Convention Citoyenne pour le Climat, adaptée aux activités des entreprises :  apprendre et transmettre ; communiquer ; être en bonne santé physique et mentale ; s’équiper ; gérer les ressources naturelles et l’énergie ; se déplacer ; se divertir ; se loger / habiter ; se nourrir ; travailler et créer ; financer le monde résilient.

Après quelques mois de travail, avec le soutien de l’équipe CEC – Benjamin Kerevel, Anne Maurin, Marie Pelpel et Gregory Lecointre – 25 projets ont débouché sur des propositions, à différents niveaux de concrétisation, et avec un impact dans des domaines très variés : des actions concrètes de coopérations territoriales, des projets visant à inspirer citoyens et entreprises à s’engager dans des actions régénératives, des référentiels à destination des entreprises et des citoyens, et des projets de lois et de réglementations incitant par exemple à la prise de conscience de l’impact carbone individuel. Pour en savoir plus, consultez notre rapport final page 116 à 123.

Stay or Go est l’un de ces projets coopératifs issus de la première édition de la CEC !

Cliquer sur l’image pour ouvrir la visionneuse

INTERVIEW DE LAURENT LA ROCCA ET NABILA IKEN (THE TREEP) SUR LE PROJET STAY OR GO

Bonjour Laurent, bonjour Nabila, pour commencer pouvez-vous nous expliquer l’origine du projet ? Quel est l’enjeu ? Quelle est la vision ? Quelle est l’ambition ?

Stay or Go est né lors de la première édition de la CEC, dans le cadre d’un groupe de travail sur les besoins humains. Ce groupe était composé de six entreprises (voir en bas de page), dont the Treep, et avait pour objectif de proposer des solutions pour réduire l’empreinte environnementale des déplacements professionnels. Pour aller au-delà des solutions de report modal de l’avion vers le train, notre raisonnement a été le suivant : le déplacement professionnel n’est pas une fin en soi, mais un moyen parmi d’autres de travailler ensemble, tout comme les outils de travail collaboratif en distanciel.

C’est là qu’a émergé l’idée de Stay or Go : un outil d’aide à la décision permettant de choisir la meilleure modalité (présentiel ou distanciel) pour ses rendez-vous au regard d’un ensemble de critères. En effet, nous avons introduit à travers cet outil le concept d’essentialité : certains déplacements sont nécessaires (ou essentiels), quand d’autres peuvent être substitués par de la visioconférence. L’objectif de Stay or Go est de permettre aux utilisateurs de distinguer ces deux types de déplacements.

Qu’est-ce que c’est exactement Stay or Go et comment ça fonctionne ?

Stay or Go est un outil d’aide à la décision présentiel – distanciel. Il permet de déterminer l’essentialité d’un voyage professionnel en analysant plusieurs critères tels que l’empreinte carbone, la durée du séjour ou le risque. En effet, le parcours d’usage de Stay or Go est le suivant : l’utilisateur fournit des données d’entrée concernant son rendez-vous (lieu, dates, motif, temps écoulé depuis la dernière rencontre en présentiel, etc.). A cette étape, l’outil note le voyage sur chacun des critères d’évaluation (empreinte carbone, coût, durée du trajet, durée du séjour, nombre de réunions pendant le séjour, lien social généré, etc.), sur le base de barèmes prédéfinis avec l’organisation utilisant l’outil.

Ces différentes notes permettent ensuite le calcul d’un score d’essentialité de 0 à 100% , ce qui sert de base à la recommandation de Stay or Go: si ce score est supérieur à 50%, la recommandation est “Go” (présentiel), sinon, la recommandation est “Stay” (distanciel).

Il est à noter que les comparateurs de transport évaluent des “trajets”, le plus souvent sur la base des critères de coût, d’empreinte carbone et de durée de parcours. Ce qui est innovant avec Stay or Go c’est que cette évaluation tient compte d’autres critères tels que la durée du séjour, le motif du déplacement et sa faisabilité en distanciel, etc., ce qui en fait un outil d’évaluation des “voyages” (et non plus des trajets) plus holistique, car il considère toutes les dimensions du déplacement (environnementales, humaines et financières). De plus, les calculs sont totalement paramétrables. En effet, l’outil a pour objectif d’incarner les valeurs et objectifs de chaque organisation. Par exemple, une entreprise pourrait décider de donner plus de poids à certains critères plutôt qu’à d’autres dans la recommandation de Stay or Go. Elle pourrait également l’utiliser comme un outil de sensibilisation, où comme un outil de gestion des déplacements professionnels.

Enfin, nous avons également développé un mode “organisateur” permettant aux organisateurs d’événements (réunions, séminaires, formations, etc.) de choisir la meilleure modalité entre le présentiel, le distanciel et l’hybride, selon la localisation de chaque personne invitée, ainsi qu’une multitude de paramètres.

Quel volume de travail ce projet représente-t-il ? Avec combien de personnes : à l’origine et maintenant ?

A la sortie de la CEC, l’outil était au stade de prototype d’application web. Ce dernier résultait d’un travail d’idéation auquel les huit personnes impliquées dans le groupe des besoins humains à l’origine du projet ont participé.

Par la suite, nous avons travaillé sur la méthodologie de calcul et les cas d’usage, ainsi que sur le parcours utilisateur et le design, et enfin sur le développement informatique de l’outil. Cette phase a impliqué trois personnes chez the Treep.

Enfin, nous avons travaillé sur la préparation d’un bêta-test avec l’organisation France Travail, en impliquant cinq personnes dans l’entreprise pour la R&D, le design, la gestion de projet et le développement.

Où en est le projet aujourd’hui ? Qu’est-ce qui a été réalisé ? Quels résultats observez-vous ?

Comme mentionné précédemment, nous avons pendant plus d’un an préparé un bêta-test avec France Travail. Il s’agissait d’adapter l’outil à l’activité de ce terrain particulier, de définir les modalités de test (notamment le périmètre de l’expérimentation et les critères de réussite), mais aussi de préparer l’appropriation de l’outil par les futurs testeurs.

A travers cette expérimentation -dont le lancement est imminent-, nous espérons en apprendre davantage sur l’acceptabilité et la prise en compte des recommandations de Stay or Go en situation réelle. Nous avons notamment prévu une collecte de données permettant d’évaluer l’impact de l’outil sur les choix de déplacement des agents de France Travail. En parallèle, nous échangeons avec de grandes entreprises afin d’identifier de nouveaux terrains d’expérimentation pour Stay or Go.

Quelle est votre perspective pour l’avenir ? Comment avez-vous envie de déployer ce projet ? D’aller plus loin ?

Notre objectif est de commercialiser Stay or Go auprès de grandes entreprises, car c’est sur ce terrain qu’il y a le plus de déplacements professionnels, et a fortiori, le plus de déplacements non essentiels et le plus d’économies d’émissions de gaz à effet de serre et de dépenses à générer. Nous aimerions également nous associer avec certains cabinets de conseil en Business Travel pour diffuser Stay or Go et en préparer l’usage dans les entreprises clientes.

De quelle aide auriez-vous besoin pour accomplir cela ?

Aujourd’hui, nous aurions d’abord besoin d’être plus visibles auprès des décideurs qui cherchent des solutions radicales de décarbonation des déplacements dans leurs organisations. Nous aurions également besoin de feedbacks d’utilisateurs afin d’améliorer l’algorithme de l’outil et le parcours utilisateur pour que ces derniers soient les plus pertinents possible. Enfin, Stay or Go étant un outil disruptif dans le paysage du business travel, nous aurions également besoin d’explorer de nouvelles pistes de go-to-market et de construire une stratégie de développement qui permet d’ancrer et pérenniser son usage dans les entreprises.

Merci à vous deux pour vos réponses. Longue vie au projet Stay or Go !

Partagez cet article

Twitter
LinkedIn
Facebook
Logo StayorGo

Projet coopératif CEC : “Stay or Go, outil d’aide à la décision présentiel-distanciel”

Pour comparer les avantages et inconvénients du distanciel grâce à un algorithme multicritère. Stay or Go permet aux voyageurs et aux organisateurs de réunions et d’événements d’identifier la modalité idéale entre le présentiel, le distanciel et l’hybride. L’algorithme tient compte de différents critères tels que le CO2, le lien social et le coût.

Les contributeurs au projet

  • Réflexion initiale (pendant le parcours) : Caroline SCHILDT (Picoty), Irfan SENOL et Yann de SAINT VAULRY (Daxium), Laurent LA ROCCA & Nabila IKEN (the Treep), Sandrine CORMIER (Pôle Emploi), Julien MULLIEZ (Grape Hospitality), Alexandre DOUKHAN (Les deux marmottes)
  • Finalisation du projet (après le parcours) : the Treep & France Travail


Relais dans les médias


Site the Treep
https://www.thetreep.com/#stay-or-go

Lire aussi

Toutes les ressources

Rapports et Feuilles de Route

Une grande bascule vers l’entreprise régénérative. Découvrez nos rapports de fin de parcours qui compilent les apprentissages, résultats et méthodologies développées au cours de plusieurs mois de travail.

Découvrir »

Podcasts

CAP Regen, le podcast qui concrétise l’économie régénérative !
Courage, Authenticité, Pragmatisme… C’est le pacte que fait Eric Duverger, fondateur de la CEC, avec une dirigeante ou un dirigeant en chemin vers le régénératif pour un échange éclairant et réjouissant autour de la transformation des entreprises. Un décryptage sans filtre des nouvelles approches à visée régénérative pour les entreprises et un retour d’expérience sur les motivations, les leviers et les freins à leur mise en œuvre.

Découvrir »

Films CEC

Découvrez nos reportages sur l’expérience CEC, des extraits des conférences, la façon dont les participants vivent leur transition…

Découvrir »

CAP : le magazine de la CEC

CAP signifie « Créer d’Autres Perspectives ».  CAP est accessible à tous, pour interpeler, intéresser et inviter tous les collaborateurs de toutes les entreprises à la redirection écologique de l’économie.

Découvrir »