Aller au contenu

Barbara Pompili a présenté sa stratégie d’accompagnement de décarbonation des entreprises

Avant d’échanger avec les dirigeants participants de la CEC lors de la session 3, la ministre est revenue sur les engagements et actions de son ministère et du gouvernement pour accompagner les entreprises dans leur stratégie de décarbonation : plan France Relance, lancement d’un portail rassemblant tous les financements accessibles... Voici les points-clés de sa déclaration.
Stéphanie Dubois Dewynter

La Convention Citoyenne sur le Climat a été une formidable expérience, avec ses avantages et ses inconvénients, mais c’est le début d’une autre manière de construire la décision politique. Il reste du chemin, mais je suis très heureuse que la démarche se poursuive à travers cette initiative extrêmement intéressante et constructive qu’est la Convention des Entreprises pour le Climat. 

En quelques années, nous allons devoir sortir ensemble de 150 ans de dépendance aux énergies fossiles. C’est un défi immense mais aussi une formidable opportunité. Face au dérèglement climatique, nous allons effectivement devoir plus que jamais innover, repenser notre modèle de société, réinventer notre économie, sortir un petit peu de notre zone de confort. S’il revient à l’Etat de fixer le cadre, d’investir et d’accompagner, les entreprises ont vocation à être les premiers acteurs de cette transformation. 

Cette transition écologique est source de défis, mais c’est aussi une opportunité de créer de nouvelles richesses et de transformer nos manières de faire dans tous les domaines. Mon rôle en tant que ministre de la Transition écologique est de faire en sorte que les conditions soient réunies pour enclencher véritablement cette transition, et nous mettre en situation d’atteindre les objectifs que nous nous sommes collectivement fixés. Dans cette perspective, ce moment d’échange que nous avons est aujourd’hui crucial. Je voudrais commencer par partager avec vous trois axes de réflexion. 

Mon premier axe de travail, c’est la lisibilité des dispositifs d’accompagnement. Les chiffres parlent d’eux-mêmes : si 80% des dirigeants de PME et ETI ont conscience de l’urgence climatique, moins de 15% déclarent pouvoir réduire de manière importante leurs émissions à court terme avec, pour principal obstacle, le manque de financement. Pourtant, ces financements existent. Je suis très heureuse de vous annoncer le lancement du portail “Mission Transition Ecologique” : ce moteur de recherche réunira l’ensemble des aides proposées à la transition écologique des entreprises de l’Etat et des collectivités, soit près de 500 dispositifs. Je vous invite donc à utiliser cette plateforme et à nous faire part de vos remarques pour l’améliorer.

Le deuxième axe, c’est l’accompagnement des entreprises dès les premiers stades de leur transformation. Nous mettons en œuvre des moyens sans précédent dans le cadre de France Relance et de France 2030 pour accompagner la décarbonation des entreprises. Pour massifier encore plus la démarche, nous lançons un nouveau dispositif appelé Diag Décarbon’action, une aide développée en partenariat avec l’Ademe et BPI France pour accompagner les PME à définir leur plan de réduction de leurs émissions et à agir en lien avec leurs principaux clients et fournisseurs. Nous visons 400 entreprises accompagnées d’ici 2023.

Le troisième axe, c’est la définition de feuilles de route de décarbonation partagées entre filières économiques et pouvoirs publics. C’est un processus qui a été prévu dans la loi Climat et Résilience. J’insiste là-dessus : il ne s’agit pas d’une démarche verticale mais au contraire d’une démarche de co-construction avec les représentants des filières économiques, le gouvernement, les représentants des collectivités territoriales. C’est vraiment la marque d’une nouvelle forme de relation entre l’Etat et les entreprises qui sera adaptée aux enjeux de ce siècle. Si on ne pense pas « écosystème » et si on ne met pas toutes les pièces du puzzle ensemble pour qu’elles s’imbriquent, on peut vite se retrouver coincé, que ce soit vous ou que ce soit l’Etat, dans ses objectifs. 

La tâche qui nous attend est considérable et, dans ce contexte, vos propositions et suggestions seront essentielles pour réinventer ensemble un modèle économique plus durable car les entreprises de demain ne pourront pas se contenter d’être performantes économiquement ; elles devront être aussi durables, plus justes et plus vertes.

Cet article est un résumé de la déclaration de la ministre de la Transition écologique Barbara Pompili du 3 décembre 2021 lors de la session 3 de la CEC à Nantes. Vous pouvez retrouver l’intégralité de la déclaration ici.

Partagez cet article

Twitter
LinkedIn
Facebook

Lire aussi

Session 3

Pour aller plus loin

CAP, le magazine de la CEC

CAP signifie « Créer d’Autres Perspectives ».  CAP est accessible à tous, pour interpeler, intéresser et inviter tous les collaborateurs de toutes les entreprises à la redirection écologique de l’économie.

CAP 1
Créons d’autres perspectives

Pour le tout premier numéro du magazine de la CEC, nous vous offrons un retour et un regard sur la session 1, moment charnière de l’expérience des 150 dirigeants où le collectif s’est formé et s’est soudé autour d’un constat implacable. Découvrez le vécu et les perspectives de nos participants, intervenants et bénévoles !

CAP 2
Direction régénération

Les grandes étapes de la session 2  : raison d’être des entreprises, changement de paradigme et nouveaux modèles économiques régénératifs. 

Toutes les ressources

Film CEC Chapitre 1

Découvrez ce qui a été vécu par les participants lors des deux premières sessions ainsi que des extraits des conférences auxquelles ils ont assisté.

Découvrir »

CAP : le magazine de la CEC

CAP signifie « Créer d’Autres Perspectives ».  CAP est accessible à tous, pour interpeler, intéresser et inviter tous les collaborateurs de toutes les entreprises à la redirection écologique de l’économie.

Découvrir »