Aller au contenu

CHANGER DE NORME CULTURELLE

Pourquoi 300 Dirigeants, Planet Champions et bénévoles de l’association CEC étaient-ils rassemblés dans un même amphi le soir du 9 septembre 2021 ? Car quelque chose de très fort les unit : ils croient, nous croyons toutes et tous en l’entreprise. La raison d’être de la CEC est de les placer au cœur de la transition écologique.
Photo © Noël Bauza - Zeï

Nous croyons en l’entreprise avec exigence et bienveillance : elles savent aujourd’hui qu’elles ne peuvent plus se contenter du « business as usual », elles font de plus en plus d’efforts pour limiter leurs impacts mais il faut être clair : la plupart des dirigeants sont sous-informés. La plupart des entreprises en gardent sous le pied et elles sont encore beaucoup trop peu à faire le maximum.

La mission de la CEC est de pousser les curseurs de la transition au maximum et de montrer à quoi ressemblent 150 trajectoires de redirection désinhibées. C’est une mission qui sera accomplie par des entreprises de toutes tailles, de toutes natures, de tous secteurs et de toutes les régions de France. Durant huit mois, nous allons assister à des ré-inventions profondes de modèles d’affaires.

Si nous réussissons notre mission, une bonne surprise viendra des entreprises, quelque chose va se débloquer et j’en suis convaincu : il y aura un avant et un après la CEC. Une nouvelle norme culturelle sera incarnée par un collectif de 150 porte-étendards de la transition qui inspirera le tissu économique et l’écosystème politique français dans un élan de ringardisation de la « RSE à la papa ». Le temps des petits pas et des changements à la marge sera révolu.

« Si nous réussissons notre mission, une bonne surprise viendra des entreprises, quelque chose va se débloquer et j’en suis convaincu : il y aura un avant et un après la CEC. »

Nous n’avons pas pour autant la prétention de tout révolutionner. Notre intention est de nous mettre au service de la transition en apportant des ingrédients nouveaux qui seront les composantes fondamentales de notre réussite. Nous en voyons quatre :

  1. La CEC aura réussi si… nous produisons ensemble 150 feuilles de route de redirection de grande qualité, avec des solutions concrètes qui sont applicables sur le terrain et qui peuvent passer à l’échelle. Ces feuilles de route vont pouvoir inspirer un nouveau standard de politique RSE : « la RSE au maximum »
  2. La CEC aura réussi si… nous arrivons à démontrer ensemble la force du parcours : un parcours de douze jours sur huit mois, vécu par un dirigeant et un Planet Champion, qui prennent le temps du constat et de la réinvention. C’est un point sur lequel notre Comité des Garants* a insisté : « donnez-nous le mode d’emploi de la transition écologique dans les entreprises ».
  3. Et puis, comme nous voulons obtenir l’impact le plus fort possible, la CEC aura réussi si… nous parvenons à embarquer le monde politique dans notre mouvement. Notre approche, ce sera d’aller ensemble voir les législateurs, au niveau français et au niveau européen, pour leur dire : « nous entrepreneurs, nous allons montrer l’exemple et voici le cadre dont nous avons besoin pour déployer à grande échelle. »
  4. Enfin, et c’est peut-être le plus important, nous aurons réussi si… nous déclenchons un changement culturel.  Nous aurons réussi si la dirigeante qui veut impacter positivement la société devient la normalité. Si les salariés et actionnaires qui veulent préserver la planète, deviennent la normalité… Si la compatibilité environnementale en priorité de tous les ComEx devient la normalité…


Je conclurai sur une citation de Stefan Zweig : « A chaque fois qu’une génération ferme et résolue se met au travail, l’univers se transforme ». Cette génération ferme et résolue, c’est nous. Le travail ne fait que commencer, alors équipons-nous chacun de notre volontarisme le plus sincère et inspirons-nous du courage des éclaireurs de notre génération.

* Le Comité de Garants de la CEC est constitué des dirigeants de l’ADEME, la BPI, le C3D, la Communauté des Entreprises à Mission, le Shift Project, ORÉE, Pour un Réveil Écologique, le Mouvement Impact France, le Comex40 du MEDEF, la Fondation Good Planet et la European Climate Foundation. Sa mission est de guider les travaux de la CEC et de garantir l’exigence de son parcours.

Partagez cet article

Twitter
LinkedIn
Facebook

Eric Duverger 

Après un parcours d’une vingtaine d’années chez Michelin dans des fonctions Finances, Marketing, Stratégie, Eric décide à son retour des Etats-Unis en Juillet 2020 de prendre deux  années sabbatiques pour se dédier à la transition écologique en lançant l’initiative de la « Convention des Entreprises pour le Climat ».

Lire aussi

Session 1

Pour aller plus loin

CAP, le magazine de la CEC

CAP signifie « Créer d’Autres Perspectives ».  CAP est accessible à tous, pour interpeler, intéresser et inviter tous les collaborateurs de toutes les entreprises à la redirection écologique de l’économie.

CAP 1
Créons d’autres perspectives

Pour le tout premier numéro du magazine de la CEC, nous vous offrons un retour et un regard sur la session 1, moment charnière de l’expérience des 150 dirigeants où le collectif s’est formé et s’est soudé autour d’un constat implacable. Découvrez le vécu et les perspectives de nos participants, intervenants et bénévoles !

CAP 2
Direction régénération

Les grandes étapes de la session 2  : raison d’être des entreprises, changement de paradigme et nouveaux modèles économiques régénératifs. 

Toutes les ressources

Film CEC Chapitre 1

Découvrez ce qui a été vécu par les participants lors des deux premières sessions ainsi que des extraits des conférences auxquelles ils ont assisté.

Découvrir »

CAP : le magazine de la CEC

CAP signifie « Créer d’Autres Perspectives ».  CAP est accessible à tous, pour interpeler, intéresser et inviter tous les collaborateurs de toutes les entreprises à la redirection écologique de l’économie.

Découvrir »