Aller au contenu
Accueil > Session 1

Session 1

LE PARCOURS EN “U” d’UN CHANGEMENT TRANSFORMATIONNEL PROFOND

La crise écologique nous invite à un changement de paradigme de même ampleur que la révolution copernicienne : nous devons apprendre à réencastrer notre activité à l’intérieur des limites planétaires et des cycles de la biosphère. Pour ce faire, réduire l’impact de nos systèmes productifs ne suffira pas. Plus qu’un changement d’ambition, le monde économique est invité à un renversement de ses logiques et valeurs : d’une recherche de performance financière friedmanienne à une logique de contribution et de préservation du vivant, de l’abondance des ressources à la sobriété, d’une logique d’achat à une logique de vigilance sur les critères d’achat.

CHANGER DE NORME CULTURELLE

Pourquoi 300 Dirigeants, Planet Champions et bénévoles de l’association CEC étaient-ils rassemblés dans un même amphi le soir du 9 septembre 2021 ? Car quelque chose de très fort les unit : ils croient, nous croyons toutes et tous en l’entreprise. La raison d’être de la CEC est de les placer au cœur de la transition écologique.

CHANGER DE REGARD

Le 9 septembre 2021, les 150 Dirigeants et Planet Champions de la CEC sont montés à bord d’un grand et inédit exercice de redirection écologique de leurs entreprises. Rares sont les transformations durables qui réussissent en une fois, aussi le parcours de la CEC est jalonné de différentes étapes : traverser un changement profond, transformer la raison d’être et l’activité de son entreprise, puis faire entendre les changements nécessaires auprès des décideurs politiques et économiques.

ELECTROCHOCS

Il nous a été proposé il y a quelques mois de faire la conférence inaugurale de la CEC. 150 Dirigeants tous secteurs et tailles d’entreprises confondus et 150 Planet Champions qui vont déployer un plan d’action dans leurs entreprises, c’était une nouvelle configuration pour nous et surtout une superbe opportunité de réaliser avec un gros impact ce que nous ambitionnons depuis le début de notre activité : faire comprendre, réagir et mettre en mouvement les acteurs de la société, notamment bien sûr les entreprises. De l’atmosphère pendant la conférence et des échanges que nous avons eus le jour même, le lendemain et les jours suivants, nous avons perçu une superbe énergie et une grande envie de la part des participants de prendre le défi à bras le corps.

CINQ FAUSSES CROYANCES DE LA RSE À DÉNONCER POUR ENFIN AGIR

Fabrice Bonnifet est président du Collège des Directeurs du Développement Durable (C3D), directeur RSE, Qualité & Sécurité du Groupe Bouygues et membre du Comité de Garants de la Convention des Entreprises pour le Climat. Nous vous proposons ici avec son autorisation une tribune (initialement publiée sur le site de La Tribune) qui résonnera particulièrement avec le travail de nos Dirigeants et de leurs Planet Champions. Son opinion : les stratégies RSE des entreprises, nées en réponse à l’accroissement de la régulation imposée ou volontaire, n’auront permis que très peu d’avancées significatives sur les fronts de la biodiversité et du changement climatique.