Aller au contenu

CoFa : “Faire corps pour créer un mouvement collectif”

CoFa, les coachs facilitateurs : Interview de Céline Mauras et Stéphane Riot

A chaque session, les participants se retrouvent en “camp de base” pour s’approprier en petit groupe ce qu’ils vivent en plénière et tout au long du processus. Cette démarche est au cœur de la méthodologie de la CEC. Chacun des 15 sous-groupes aux noms d’oiseaux est animé par deux bénévoles : un coach et un facilitateur. Stéphane et Céline, le binôme Coach-Facilitateur (CoFa) du “camp de base” les Colibris, nous expliquent leur rôle, essentiel pour accompagner les dirigeants dans la transformation profonde de leur entreprise.

Pourquoi avoir décidé d’un binôme CoFa dans chaque “camp de base” ?

Un “camp de base” est un espace et un moment de parole libérée entre pairs. Notre rôle est d’animer et d’accompagner ce groupe d’une vingtaine de personnes qui voyagent ensemble tout au long de la CEC. Nous sommes là pour les accompagner dans la transformation de leur organisation, les aider à changer de regard sur leur métier et leur gouvernance, mais aussi les soutenir pour porter un nouveau leadership au sein de leur entreprise et, aussi, faire corps – ensemble – pour créer un mouvement collectif avec la CEC.

Notre objectif est de soutenir la transformation des participants à trois niveaux : le leadership des dirigeants, leur modèle économique et l’organisation de leur entreprise pour réussir leur redirection écologique. Cela implique de les guider au travers de différents processus individuels et collectifs.Pour ce faire, nous les faisons réfléchir sur et entre eux en stimulant l’émergence collective.

Notre binôme Coach-Facilitateur est complémentaire : Céline est facilitatrice de métier et Stéphane coach professionnel. La casquette de coach permet d’aider les participants à intérioriser ce qu’ils ont appris, à pouvoir exprimer leur vulnérabilité, leurs peurs, leurs freins et à questionner leur système de croyance. De son côté, le facilitateur favorise la fluidité des échanges entre les participants, fait émerger leurs réactions et rassemble l’intelligence collective produite par le groupe pour fournir un livrable lors de chaque session.

Notre responsabilité est de collecter le fruit des interactions et d’offrir un suivi de qualité d’expérience qui est ensuite remonté aux organisateurs de la CEC. Ce travail permet de nourrir la finalité et les prises de parole de la CEC ainsi que d’ajuster les contenus des sessions suivantes au plus près des préoccupations des participants.

Nous avons, par ailleurs, créé un groupe WhatsApp dans notre “camp de base” : cet espace de discussion, ouvert et dynamique, permet l’échange et le partage entre les sessions.
Enfin, les binômes CoFa viennent alimenter, en fonction de la thématique abordée lors de chaque session, les moments vécus par le collectif, par exemple des temps de centrage ou de mise en énergie, des moments d’introspection, des ateliers de “besoin humain”. Ces rituels renforcent la conscience de faire partie d’un tout plus large.

Les duos de CoFa s’efforcent à chaque fois de mobiliser toutes les dimensions humaines des participants par différents canaux (systémique, musical, visuel, corporel, émotionnel…) .

Y a-t-il eu une évolution entre les deux sessions ?

La session 1 a provoqué un éveil sur les enjeux du monde. Les “camps de base” ont été des espaces de temporisation et d’expression nécessaires à l’écoute des émotions et des résistances. Un climat de confiance s’est rapidement constitué au sein du groupe.

Une réunion entre les deux sessions a resserré les liens et montré la force du collectif. Les participants partagent les mêmes convictions, des valeurs communes, et ils s’apportent un soutien mutuel. Ils ont pris conscience qu’ils sont dans une cordée qui peut les soutenir.

Lors de la session 2 sur le modèle économique de l’entreprise, nous avons amené les participants à dépasser leur cadre de référence pour ouvrir leur conscience sur leur propre modèle économique, en favorisant les échanges d’idées.

Notre rôle évolue donc de session en session en fonction du thème abordé : nous avons une grande liberté pour l’animation de nos “camps de base” et créons aussi des moments de synchronisation et de partages entre CoFa pour nous inspirer les uns des autres. Nous nous réunissons également avant chaque session pour intégrer le déroulé proposé et adapter notre posture et nos outils au service de ce que les participants vont vivre.


Quels effets avez-vous déjà déclenché dans votre “camp de base” ?

Le “camp de base” est rapidement devenu un espace de soutien et de solidarité pour trouver ensemble des solutions. Échanges de besoins et de ressources, partages de challenges et de contacts, interventions les uns chez les autres, etc. se font déjà spontanément.

Ce nouveau réseau permet aux dirigeants, tous unis vers un but commun, de passer à l’action. Plusieurs propositions de projets concrets ont ainsi déjà émergé : un organisme a proposé à tous les membres du “camp de base” de faire partie de son futur comité de gouvernance RSE externe. Autre initiative intéressante : plusieurs entreprises d’une même région ont décidé d’organiser une session CEC spéciale régionale.

Quels principaux défis rencontrez-vous ?

Notre rôle en tant que CoFa au service de notre “camp de base” est un joli challenge : nous avons à coeur de nous préparer au mieux pour chaque session et d’offrir la meilleure expérience possible aux participants, qui cheminent déjà eux-même à leur propre rythme. Chaque session est très intense et il faut tenir le cadre et le rythme !

Notre enjeu est de maintenir l’engagement des participants dans la durée : si tous les dirigeants ont la même ambition, ils n’ont pas tous les mêmes priorités. Nous sommes là pour pousser leur curseur de transformation le plus loin possible et faire en sorte qu’ils vivent la CEC comme un mouvement collectif pour l’avenir.


A quoi ressemblerait le monde de l’entreprise si tous les dirigeants pouvaient se retrouver dans des “camps de base” ?

Il existe déjà beaucoup de cercles de dirigeants, mais ils ne vont pas tous aussi loin que ce que la CEC propose à ses participants : remettre en question avec authenticité et humilité leurs modèles de croissance, réfléchir autrement à de nouvelles manières de créer de la valeur, réinterroger leur rapport au vivant.
Nous pensons qu’il y a une place pour un monde de l’entreprise nourri par des moments de connexion authentiques et en humanité partagée.
Les dirigeants sélectionnés par la CEC sont invités à faire partie d’un mouvement collectif qui a une ambition radicale de changement de conscience.

La CEC, dans ce qu’elle permet, nous semble au rendez-vous de l’histoire !

Partagez cet article

Twitter
LinkedIn
Facebook

Céline Mauras

Stéphane Riot

Lire aussi

Session 3

Pour aller plus loin

CAP, le magazine de la CEC

CAP signifie « Créer d’Autres Perspectives ».  CAP est accessible à tous, pour interpeler, intéresser et inviter tous les collaborateurs de toutes les entreprises à la redirection écologique de l’économie.

CAP 1
Créons d’autres perspectives

Pour le tout premier numéro du magazine de la CEC, nous vous offrons un retour et un regard sur la session 1, moment charnière de l’expérience des 150 dirigeants où le collectif s’est formé et s’est soudé autour d’un constat implacable. Découvrez le vécu et les perspectives de nos participants, intervenants et bénévoles !

CAP 2
Direction régénération

Les grandes étapes de la session 2  : raison d’être des entreprises, changement de paradigme et nouveaux modèles économiques régénératifs. 

Toutes les ressources

Film CEC Chapitre 1

Découvrez ce qui a été vécu par les participants lors des deux premières sessions ainsi que des extraits des conférences auxquelles ils ont assisté.

Découvrir »

CAP : le magazine de la CEC

CAP signifie « Créer d’Autres Perspectives ».  CAP est accessible à tous, pour interpeler, intéresser et inviter tous les collaborateurs de toutes les entreprises à la redirection écologique de l’économie.

Découvrir »