Aller au contenu

Dialogue avec Barbara Pompili : des premiers pas vers une co-construction entre décideurs économiques et politiques

CO-CONSTRUCTION

Dans une démarche tout à la fois exigeante et bienveillante, la CEC a à cœur de co-construire avec les acteurs politiques une trajectoire désirable et soutenable. C’est dans cet esprit que, pour sa troisième session, la CEC a accueilli pour un échange nourri avec les 150 dirigeants présents la ministre de la Transition écologique, Barbara Pompili.

Les 2 et 4 décembre derniers, Audencia Business School accueillait la CEC à Nantes pour sa session « Nouvelle boussole » consacrée à l’analyse de la performance et du financement des nouveaux modèles d’affaire. Un sujet clé quel que soit l’entreprise, sa taille ou son secteur d’activité. Et sur lequel les pouvoirs publics ont un rôle majeur à jouer. Car c’est ensemble et grâce à l’effet de levier conjugué du public et du privé que les organisations pourront mener une transition écologique à l’échelle des enjeux.

L’intention de la CEC

Yannick Servant, co-fondateur de la CEC, a rappelé en préambule aux échanges entre la ministre et les dirigeants des entreprises participantes l’intention de la Convention pour cette rencontre.

L’expérience sera réussie si vos collaborateurs et vous-même en sortez avec la conviction et la confiance que votre ministère a ici un collectif d’alliés exigeants et bienveillants pour construire une trajectoire désirable, et si notre collectif en sort avec la conviction que la co-construction avec le monde politique est possible. Car nous sommes tous convaincus que nous n’y arriverons pas sans un regard nouveau et systémique sur la frontière entre économie et écologie, entre public et privé.”

Echanges avec les dirigeants. Extraits. 

Sophie Robert-Velut, directrice générale de Mustela

Sophie Robert-Velut : Nous sommes 300 à avoir reçu une claque lors de la session 1 de la CEC, en prenant conscience du défi écologique. A mon sens, l’action politique tournée vers les entreprises en France n’est pas encore à la hauteur de cette urgence. Dans la loi sur l’économie circulaire par exemple, un sujet qui touche beaucoup mon activité est la distribution en vrac ou la recharge. La loi n’incite pas à bouger assez vite ni à coopérer avec toute la chaîne de valeur.

Qu’est-ce qui vous empêche d’adopter une stratégie beaucoup plus radicale et plus rapide ? Par qui ou par quoi êtes-vous ralentie où limitée aujourd’hui ? 

Barbara Pompili : Le premier frein que je peux identifier c’est que manifestement tout le monde n’a pas pris cette claque comme vous. Cette question de prise de conscience est une des premières leçons que j’ai tirée de la Convention Citoyenne pour le Climat.

Vient ensuite le rapport au court-termisme dans le monde politique. Tout comme dans le monde économique, vous avez besoin d’avoir des retours sur investissement rapides. Or, les mesures écologiques ne portent pas forcément leurs fruits tout de suite et demandent des efforts qui ne sont pas toujours très populaires. Or, je vous rappelle qu’un homme politique – bon ou mauvais -, a besoin d’avoir du monde qui le soutient s’il veut pouvoir aller au bout de ses réformes et changer les choses ; sinon on ne vote pas pour lui la fois d’après. 

La prise de conscience commence à venir dans le monde politique, j’observe des changements. Mais c’est un chemin qui demande beaucoup de conviction, beaucoup de temps, beaucoup d’explications. Tout comme dans le monde des entreprises, il y en a une partie que je vois ici qui a très envie et une autre partie qui, pour plein de raisons, est encore un peu réservée vis-à-vis de ces réformes.

Jean-Paul Chapron, président-directeur général d’ASI

Jean-Paul Chapron : Dans cette assemblée de 150 dirigeants, on partage collectivement la nécessité d’accélérer vraiment la transformation de l’économie en général. On s’écoute beaucoup, on réfléchit intensément, on commence à dresser des pistes de solutions.
Certains mêmes ici ont d’ores-et-déjà pris des décisions radicales en matière de décarbonation, mais ce n’est pas simple et c’est coûteux vous l’avez dit.

Que serait pour vous, pour les cinq prochaines années, le “quoi qu’il en coûte climatique” à l’image d’un “quoi qu’il en coûte sanitaire” pour lequel vous avez su prendre des décisions radicales ?

Barbara Pompili : Le “quoi qu’il en coûte climatique” a déjà commencé ! Un tiers des 100 milliards du plan France Relance est consacré à la transition écologique. C’est la première fois en France qu’un plan de relance part du principe que la transition écologique est un vecteur de relance économique. L’argent public n’est plus trop le problème. La question maintenant est de réussir à faire effet de levier avec l’argent privé, d’où l’importance des feuilles de route par filière. Penser juste à l’aspect financier, qui est évidemment essentiel, serait à mon avis ne pas voir toute l’organisation nécessaire pour que chaque euro dépensé soit un effet de levier pour le développement de toutes les filières. 

Guillaume Capelle, fondateur de Singa

Guillaume Capelle : Il y a dans cette salle de nombreuses entreprises qui réparent la nature et l’humanité et produisent sans laisser de trace, tel un voilier sur la mer. Il y en a d’autres qui veulent évoluer vers une économie plus régénératrice. Pourtant, j’ai le sentiment que le bon élève de la classe nationale reste la start-up hyper valorisée financièrement, peu importe son impact.

Quel bonus financier ou extra-financier peut-on imaginer pour récompenser les entreprises qui sont vertueuses en termes de RSE ou de transition ? A quand un PIB qui affiche une croissance des liens et des résultats carbone ?

Barbara Pompili : Nous avons commencé à travailler sur ces référentiels depuis un certain temps et demandé au Haut Conseil pour le Climat de nous évaluer sur ces questions-là. La loi Climat et Résilience demande aussi à ce que les entreprises mettent en place ces référentiels, et nous avons d’ores-et-déjà mis en place une plateforme qui s’appelle impact.gouv.fr où les entreprises peuvent communiquer leurs résultats. Tout cela est en train d’évoluer mais ne va pas assez vite par rapport à ce que je voudrais, d’autant plus que si la RSE, c’est très bien, il faut maintenant passer à la suite, aller au cœur du réacteur et ne pas simplement s’attaquer aux bonnes pratiques.

Morad Attik,
co-fondateur d’Evolukid

Morad Attik : En tant que technophiles, on sait désormais que la technologie ne résoudra pas la crise climatique. Il faut réduire drastiquement les émissions de gaz à effet de serre par tous les moyens mais, aussi et surtout, par des décisions politiques. L’enjeu majeur de la COP 26 a été de maintenir le réchauffement climatique à un seuil de 1,5°C et c’est un échec.

Est-ce que la France a été à la hauteur de ses ambitions ?
En tant que ministre de la Transition écologique, quelles ont été vos plus grandes frustrations ?

Barbara Pompili : Je suis écologiste depuis vingt ans et je suis toujours frustrée parce que je voudrais toujours que cela aille plus vite… Je vois le temps qu’on perd parfois parce que certains n’ont pas compris, parce que d’autres ont des peurs. Oui je suis frustrée, mais j’ai appris quelque chose d’important : c’est que l’on ne fera pas la transition écologique sans les gens, quels qu’ils soient, réunis dans les entreprises, citoyens… Leur passer au-dessus ne marche pas. Je préfère essayer à chaque fois d’emmener tout le monde, quitte à ne pas aller pas à 100% mais à 90% ou à 80%, mais au moins tenter de  réduire au maximum la résistance. Il faut aussi proposer des solutions et, pour les entreprises, c’est pareil.

Catherine Guerniou, directrice générale de La Fenêtrière

Catherine Guerniou : En tant que dirigeants, dès les jours prochains, nous allons mettre en place des actions concrètes dans nos entreprises parce que nous n’avons plus de temps à perdre. Nous sommes efficaces et efficients.

Nous aimerions savoir comment vous, en tant que femme engagée, femme politique, et vos collaborateurs, vous allez l’être avec nous aussi ?

Barbara Pompili : Comment l’Etat peut-il aider les entreprises ? Avec la réglementation. Nous pouvons également vous aider par une forme de planification avec les territoires, et puis il y a la fiscalité bien sûr. Mais le meilleur moyen pour qu’on réussisse à faire des choses ensemble, c’est que l’on se parle. De notre côté, nous avons aussi besoin que vous ayez des visions de ce que vous voulez faire, et que vous nous les remontiez.

Sophie Robert-Velut : En conclusion, il y a une volonté de nous écouter un peu plus et de mesurer à quel point vos outils répondent à nos besoins. Nous avons effectivement des pistes et des idées, mais nous pouvons aussi tester les mesures que vous voulez mettre en place car nous avons un niveau de connaissances, d’expertise, de volonté et de radicalité qui fait qu’on est peut-être un petit peu plus visionnaire que vos partenaires habituels.

Barbara Pompili : Donc on va trouver le moment !

Regarder l’intégralité des échanges (1h18min)

Echange de co-construction politique entre Barbara Pompili, Ministre de la Transition écologique et 5 dirigeants participants de la CEC : Sophie Robert-Velut, (Mustela), Jean-Paul Chapron (ASI), Guillaume Capelle (Singa), Morad Attik (Evolukid) et Catherine Guerniou (La Fenêtrière). Introduction par Makram Chemangui, DGA Audencia.

Partagez cet article

Twitter
LinkedIn
Facebook

Lire aussi

Session 3

Pour aller plus loin

CAP, le magazine de la CEC

CAP signifie « Créer d’Autres Perspectives ».  CAP est accessible à tous, pour interpeler, intéresser et inviter tous les collaborateurs de toutes les entreprises à la redirection écologique de l’économie.

CAP 1
Créons d’autres perspectives

Pour le tout premier numéro du magazine de la CEC, nous vous offrons un retour et un regard sur la session 1, moment charnière de l’expérience des 150 dirigeants où le collectif s’est formé et s’est soudé autour d’un constat implacable. Découvrez le vécu et les perspectives de nos participants, intervenants et bénévoles !

CAP 2
Direction régénération

Les grandes étapes de la session 2  : raison d’être des entreprises, changement de paradigme et nouveaux modèles économiques régénératifs. 

Toutes les ressources

Film CEC Chapitre 1

Découvrez ce qui a été vécu par les participants lors des deux premières sessions ainsi que des extraits des conférences auxquelles ils ont assisté.

Découvrir »

CAP : le magazine de la CEC

CAP signifie « Créer d’Autres Perspectives ».  CAP est accessible à tous, pour interpeler, intéresser et inviter tous les collaborateurs de toutes les entreprises à la redirection écologique de l’économie.

Découvrir »