Interview de Frédérique Giavarini

Interview de Frédérique Giavarini, directrice générale de Nature & Découvertes.

Nature & Découvertes a été sélectionnée pour participer à la Convention des Entreprises pour le Climat (CEC) qui se tient de septembre 2021 à juin 2022. La CEC réunit 150 dirigeants d’entreprises issus d’une grande variété de secteurs, pour les aider à mesurer le défi d’une réduction de 55% des émissions de GES d’ici 2030 et les accompagner dans la co-construction de feuilles de route pour y arriver.

Quel est l’enjeu écologique principal de votre entreprise dans son secteur d’activité ?

Nature & Découvertes est historiquement engagée en faveur de la protection de l’environnement de la biodiversité. Cette entreprise de taille moyenne est en avance sur son temps puisqu’elle a effectué un bilan RSE dès 1993 et un bilan carbone dès 2007. Aujourd’hui, après avoir mesuré et mis en place des actions sur les Scopes 1 et 2, sur lesquels nous avons des obligations de publication depuis que Nature & Découvertes est une filiale du Groupe Fnac/Darty, nous nous attaquons au Scope 3.

Nos produits représentent 90% de l’impact carbone de l’entreprise. Nature & Découvertes se positionne sur des produits responsables répondant aux attentes des consommateurs de plus en plus sensibles à la durée de vie des produits et à l’impact de leur consommation. Avec un nouveau pôle Innovation Durable au sein de la direction Marketing, nous travaillons à établir une feuille de route pour limiter l’impact environnemental de nos produits tout au long de leur cycle de vie, de leur conception à leur recyclage, en passant par leur sourcing et leur réparabilité.

Qu’est-ce qui vous empêche d’avancer aujourd’hui ?

Le principal frein est l’absence de filière efficace structurée en Europe : Nous sommes dépendants de l’Asie, de moins en moins, mais assez fortement. Nous ne sommes pas les seuls. Nous avons mesuré la dépendance globale des économies à l’Asie au cours de la crise sanitaire. Aujourd’hui c’est encore le cas, avec des pénuries de pièces détachées sur des vélos, des produits tech…. Globalement, c’est ce qui nous empêche de bouger vite.

Par ailleurs, nos parties prenantes doivent être en mesure d’absorber les transformations que requièrent les changements vers des produits plus durables.

Qu’est-ce qui pourrait débloquer la situation pour votre entreprise et pour votre industrie ?

La vulgarisation des enjeux et la mise à niveau de l’ensemble des acteurs et leur accompagnement me paraissent essentiels.

Il faut favoriser la relocalisation de certaines filières et soutenir économiquement le Made In France. Les pouvoirs publics pourraient soutenir des arbitrages en faveur d’acteurs locaux. Mais cela ne suffira pas à mon sens. Nous devons surmonter un certain nombre de barrières, à la fois sur le plan économique et sur le plan des savoir-faire. Pour reconstruire des filières de production qui ont disparu depuis longtemps, il faut former les personnes, créer des pôles de compétitivité, des écosystèmes qui permettent de remettre en place l’ensemble des compétences en Europe.

Plus largement, il faut lutter contre le dumping social et environnemental, car tant qu’il n’y aura pas les mêmes règles du jeu partout, il y aura toujours un enjeu de compétitivité. Au niveau des pouvoirs publics, c’est probablement l’un des sujets clé.

Qu’attendez-vous de votre participation à la CEC ?

J’attends beaucoup de cette initiative que je trouve intéressante, originale et ambitieuse.

La CEC est une occasion de faire bénéficier d’autres acteurs de l’expérience et du savoir-faire de Nature & Découvertes, pour faire avancer les réflexions sur le sujet du climat.

Je suis également intéressée d’échanger avec des entreprises d’autres secteurs ou concurrentes pour apprendre de leurs expériences, notamment des entreprises nées responsables qui n’ont pas à se transformer.

En tant que citoyenne et dirigeante d’entreprise, je souhaite participer à la mise en place de solutions concrètes et leur donner de l’écho.

Interview réalisée en août 2021 par Claire de Bourmont

Partager sur twitter
Partager sur linkedin